02/218.09.02
Sélectionner une page

Les discussions parlementaires relatives à la réforme du Code bruxellois de l’Aménagement du Territoire (CoBat) sont entrées dans le vif du sujet ce mercredi matin en commission.

Alors que les dégâts de la « bruxellisation » sont encore visibles dans notre Région et présents dans tous les esprits, le premier débat sensible de cette matinée aura porté sur la préservation du patrimoine et le rôle de la Commission Royale des Monuments et Sites (CRMS). Pour rappel, la CRMS est en quelque sorte la gardienne du patrimoine de notre Région et la garante de la protection des biens classés et inscrits sur la liste de sauvegarde via un avis conforme – c’est-à-dire contraignant – qu’elle émet en vue de contrôler les projets ou les travaux prévus sur les dits biens. Grâce à cet avis conforme, elle peut imposer des conditions d’exécution aux projets ou travaux ou même s’y opposer lorsqu’ils sont  dommageables . Or, aujourd’hui à Bruxelles notre patrimoine connaît des atteintes inquiétantes (ex: bâtiment rue des sables, façade du Delhaize chaussée de Waterloo, bâtiment de la Bourse…)

Ces dernières semaines, de nombreux citoyens et associations  ont exprimé leur inquiétude de voir supprimer l’avis conforme de la Commission Royale des Monuments et Site. Une carte blanche publiée ce jour allait dans le même sens et était signée notamment par des parlementaires de l’opposition comme de la majorité. Pour rappel, cet avis conforme, auquel il ne pouvait pas être dérogé avant 2004, était une garantie majeure de la préservation du patrimoine bruxellois et de l’attention qu’il fallait désormais y apporter.

La suppression de cet avis, décidée ce matin en commission par la majorité PS, Défi, CdH, est donc logiquement une source de vive inquiétude. Les écologistes dénoncent avec force cette évolution. Pour le député Arnaud Pinxteren : « Il s’agit d’un recul sensible de la protection patrimoniale, comme l’indique le Conseil d’État dans son avis et comme nous sommes nombreux à le ressentir. C’est une erreur historique !« . Pour Evelyne Huytebroeck, députée,  » il semble plus facile pour certains de signer une carte blanche que de s’opposer fermement en commission à un projet néfaste non seulement pour le patrimoine de notre Région mais également  pour une qualité de vie en ville qui se nourrit aussi de l’histoire de son architecture ».

Les écologistes espèrent que les uns et les autres se reprendront lors du vote en séance plénière. Ecolo y redéposera un amendement en vue de préserver l’avis conforme de la CRMS.

Arnaud Pinxteren et Evelyne Huytebroeck, parlementaires bruxellois.